Partager sur les réseaux

Dès le mois de juillet, il devrait être à nouveau possible de relier Charleroi à Paris via la Sambre.

Il y a 15 ans, cette route fluviale très prisée avait été coupée suite à des problèmes de stabilité et de vétusté constatés au niveau des ponts de Vadencourt et de Macquigny. Ces ouvrages situés sur le canal de jonction entre la Sambre et l’Oise ont depuis été détruits pour être ensuite reconstruits. Par ailleurs, 25 écluses françaises ont été rénovées ces dernières années ; un dragage a été réalisé et les halages nettoyés. Si les chantiers se succèdent côté français, ça n’est pas le cas chez nous. Certains travaux de rénovation, de maintenance et de dragage ont bien été réalisés sur la partie wallonne de la Sambre mais Yves Cornil de La Fédération Francophone Belge de yachting (FFYB) estime qu’il faut prévoir d’autres investissements entre Charleroi et Erquelinnes : ” Il faut que les plaisanciers puissent s’amarrer correctement sur les haltes nautiques et les relais qui ne sont plus aux normes. Il faut que la Haute Sambre côté belge soit attractive, qu’elle donne envie de naviguer jusqu’à Erquelinnes ou jusqu’à Thuin. Il faut faciliter l’accès des plaisanciers à l’électricité et à l’eau. C’est important qu’on puisse découvrir notre patrimoine dans de bonnes conditions à l’image de ce qui est proposé en France ! “

A l’initiative de la FFYB, une visioconférence s’est tenue avec les différents acteurs de ce dossier tant coté belge que français. A l’issue de cette réunion, les autorités wallonnes se sont engagées à réaliser un relevé des infrastructures déjà présentes sur la Sambre et d’identifier les besoins. Elles promettent déjà d’améliorer l’accessibilité des haltes existantes.

Source rtbf Gregory Fobe